Thomas Piché – Portrait d'artiste

Thomas Piché – Portrait d'artiste

L’homme-orchestre Thomas Piché sera présent à la Placette lors de la célébration du 150e anniversaire de la confédération canadienne. Vous serez certainement épatés et obnubilés par son incroyable habilité à jouer simultanément d’une multitude d’instruments.

Comme à l’habitude, nous lui avons posé quelques questions afin de vous le faire connaître un peu mieux !

Votre parcours

Depuis combien de temps faites-vous de la musique?

Depuis l’âge de 13 ans. J’ai commencé par la batterie car c’était l’instrument qui manquait dans la formation rock du village.

 

Pourquoi s’être tourné vers la musique?

Parce que je n’étais pas bon au hockey ; -) Honnêtement, c’était plus un verdict qu’un choix.

 

D’où vient le désir d’une carrière publique?

Simplement du désir de partager avec le public les émotions que procure la musique.

 

Quels autres projets avez-vous (en musique ou dans d’autres domaines)

Cet été, j’enregistre un démo maison de mes nouvelles compositions. J’espère que le tout sera prêt cet automne.

Parmi vos réalisations, laquelle vous rend le plus fier?

Sans hésitations, ce sont mes deux fils! Côté musique, je dirais le fait de jouer tous les instruments en même temps et de chanter.

Votre musique

Comment décririez-vous votre musique?

La musique que je compose est bien sur inspirée de ce que j’écoute principalement, c’est-à-dire du Rock and Folk acoustique. Les reprises que j’interprète reflètent également ce choix.

Quelles émotions et quelles réflexions inspire votre musique?

Il faudrait demander au public. Comme interprète ou compositeur, mon but est surtout d’être authentique dans mon intention.

Qu’essayez-vous de communiquer aux gens qui vous écoutent?

Avec sincérité et humilité, j’offre de partager le plaisir de la musique avec eux.

Qu’est-ce que la musique représente pour vous?

Mon moyen d’expression favori.

Y a-t-il une de vos œuvres qui vous représente le mieux?

Je ne sais pas, j’aime toutes mes compositions de la même façon. Qu’elles soient populaires ou non, c’est le public qui décide après tout.